•  

     

     

     

     

     

    De ma fenêtre, un matin de septembre  7h 30 

     

    se laisser glisser dans l'échancrure de l'aurore

    le coeur nimbé de sa lumière

    des instants fragiles à naître

    Premiers frissons du jour

    de rose à l'âme

    Partage d'un matin dénudé de sa nuit

    Ombre légère et miellée

    soyeuse, maternante

    comme ce chant de vie qui s'élève de la terre .

     

     


    5 commentaires
  •  

    Tronc de très vieux châtaignier

     

    Dans les noeuds du temps se cachent la vie, la fatalité, quelques errements et de l'espérance.

    Des liens à histoires, des chemins de vie, des effleurements, même des écritures.

    Cent fois enroulés, parfois bosselés, chaque cicatrice porteuse d'un secret, d'ombres et de non-dits.

    L'arbre et nous,

    une approche, des silences,

    une caresse , des lumières vacillantes pour effacer les larmes.

     

     

     


    8 commentaires
  •  

    L'onagre sauvage ou la magie des soirs d'été, découverte cette année au jardin.

    En effet, cette plante ouvre ses fleurs à la tombée du jour, en quelques minutes seulement.

     

    Spectacle émouvant d'une naissance

    Les yeux suspendus aux boutons floraux 

    nous attendons la minute magique où les pétales se défroissent

    Tout va si vite

    le corset craque

    la corolle se déplisse

    le jaune lumineux éclate 

    et nous restons sans voix

    un parfum doux et sucré embaumant notre soir 

    Une belle rencontre de l'été, l'impatience et l'émerveillement des enfants, le rassemblement des amis qui ont partagé ces instants délicieux ! 

     

     

     


    12 commentaires
  •  

    A la pointe de l'île Madame, un jour de grand soleil 30 août 2018

     

    L'odeur de l'océan posé plus loin, son coeur à marée basse

    La lumière insolente, presque violente, semblant braver la terre

    Et cette solitude silencieuse avançant à pas lents sur ce chemin de sable

    Un jour d'été

    Un jour de grand soleil

    Un moment immobile sous le bleu,

    à écouter les caresses du vent, le chant de mer,

    le presque tout éclatant d'une beauté sereine

     


    10 commentaires
  •  

     

    Un écrin noir pour cette nuit de lune

    Une solitude blanche en drapé d'organza

    Et des yeux qui disent, disent l'attente

    Sanctuaire ? abandon ?

    De l'espace au temps l'immaculé rayonne, patiente sous l'obscurité

    Tant de blanc

    les pétales de neige, les cerisiers en fleurs

    les voiles de mariée en écume de mer

    le flou, le vague, l' évanescent

    Et puis,

    les yeux de jais, un lien vers la lumière,

    un appel sans paroles

    profond comme l'abîme

    l'attente encore

    dans le vide du silence.

    Balaline 

    3/09/ 2018


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique