• Du haut des falaises de Rocamadour   Lot       hier après-midi

     

    Un arbre noir dort sur la plaine 

    terres brûlées de nos grands Causses

    où l'on entend geler les pierres 

    quand l'hiver se montre cruel

    Son histoire de vie a traversé les âges

    mêlée de solitude

    de lutte et de survie

    Un arbre noir dans la lumière 

    sculpte l'espace de son corps

    et aujourd'hui tout poudré d'or 

    de bienveillance solidaire 

    Pas un oiseau dans sa ramure 

    seuls quelques pélerins solitaires 

    cheminent vers le sanctuaire 

    Arbre d'automne dévêtu

    que la lumière auréole

    tel le berger et son troupeau 

    tu es le phare du plateau 

     

     

     


    9 commentaires
  •  

    Une création de Françoise 

     

    J'emporte dans ma besace des milliers de couleurs, des oranges bien mûrs, les

    verts du blé en herbe, tous les jaunes lumière pour embellir 

      le soir autour d'un feu de camp quand ronronne la mer sous

    l'étoupe des nuages, que le bleu du matin s' est perdu en chemin 

     

    Mon pas se veut dansant

    ma voix parle au silence 

    aux arbres des forêts

    aux oiseaux endormis 

    à la magie du ciel

    où voguent nos planètes

    de Pluton à Saturne

    et puis à Jupiter

     

    Je peins de belles rencontres aux sourires enjôleurs, des poètes au grand coeur,

    des âmes funambules légères comme papillons et puis des ronds dans l'eau, des

    lignes de survie, des éclats de bonheur sur des visages d'enfants 

     

     

    Voyez comme tout s'enlace 

    dans cette multitude

    non ce n'est pas un rêve 

    il est permis de jouer

    de refaire le monde et de le partager

    Balaline

    21 octobre 2021

    pour l'Herbier poésies d'Adamante

     

     


    12 commentaires
  •  

     

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Clic                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

    Novembre fait silence

    Ses eaux ont le regard étrange

    des longues heures mélancoliques

    où tout s'habille de gris

    comme une joie blessée

     sombrant soudain dans la désespérance

    Novembre perd ses couleurs

    comme un convalescent

    oubliant l'or le pourpre le mordoré

    pour se vêtir d'hiver 

    sans son manteau de laine

    Les feuilles ne dansent plus

    seules les eaux frissonnent

    sous un ciel muet de chants d'oiseaux

    Novembre à ma fenêtre

    se dilue sur la lande jusqu'au nouveau matin

    seul

    dans le secret des temps

     


    9 commentaires
  •  

    Chat bleu   Dessin Adamante

     

    Il est venu un soir avec les oies sauvages

    Deux fleurs d'or quémandant

    sur pattes de velours

    un pelage douceur invitant la caresse

    dans son beau noir de jais

    Un bijou de chaton

    oublié dans la rue

    prêt à se laisser aimer 

    dorloter câliner 

     

    L' adopter ?

    S' attacher ?

    Déjà nos mains s'avancent

    et s'embrument de joie

    Le petit chat est là 

    fragile et ronronnant

    c'est le cadeau du jour

    le hasard des rencontres

    dans cette soirée sans lune

    et nous le savons déjà

     

    deux fleurs d'or vont embaumer la nuit

     

    Balaline  12 octobre 2021

    pour l'Herbier d' Adamante

     


    14 commentaires
  •  

    Au hasard de l'envol

    soudain détachées de mère

    elles jonchent le vieux banc

    les feuilles qu'on dit mortes

    Celui qui tend les bras 

    aux promeneurs qui passent

    partageant un moment 

    leur solitude lasse

    et leurs jours fatigués

    S' habiller d'or de brume ou de légèreté

    pour le dernier voyage

    quel joli pied de nez 

    au temps qui vient ravir

    les dernières espérances

     

     


    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires