• Frères de peine

     

    Sur ce bord de falaise

    où viennent mourir les vagues

    juste deux frères en peine

    pas encore courbés par les vents insolents

    Deux frères 

    encore vivants

    mais dépouillés de tout

    et l'océan qui bat, vibre, se cabre

    comme une déchirure

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 6 Janvier à 21:36

    Pas de titre et ut restes sans mot ... dépouillée comme ces arbres sui semblent être dessinés dans ce paysage bien gris mais quelques petites feuilles subsistent encore, même hautes, le vent n'a pas pu les chasser. Peut-être un message d'espoir dans ce monde gris.

    Bises

      • Dimanche 6 Janvier à 22:55

        Désolée Toupinette, sans doute une erreur d'envoi, mais la photo est partie sans le texte. Merci de ton commentaire et belle soirée.

    2
    Dimanche 6 Janvier à 23:02

    C'est beau et rythmé !

    3
    Lundi 7 Janvier à 10:23

    Une mélodie portée  par le rythme des l'océan. J'ai adoré tes mots. Ta photo est parlante de beauté. Gros bisous, ma chère Balaline, et douce journée.

    4
    Lundi 7 Janvier à 15:49

    Dépouillés de tout

    sauf de leur filiation

    leur richesse

    les tenant debout

    pour affronter l'hiver

    les frères s'épaulent !

     

    5
    Mardi 8 Janvier à 00:10

    C'était très étonnant de ta part une photo toute seule mais ...je préfère la revoir avec tes jolis mots.Bises

    6
    Mardi 8 Janvier à 10:52

    On ne peut pas dire frères de joie, mais dans la maigreur, et solitude accompagnée, il y a la nature, la sobriété, la modestie, la simplicité, le silence, la fierté, la résistance, la main de Dieu et la beauté.

    7
    Mardi 8 Janvier à 12:40

    Deux squelettes vivants

    Déchirées par les vents

    Encore debout

    Pour renaïtre

    Malgré tout

    8
    Mercredi 9 Janvier à 06:57

    C'est très beau... merci pour ce poème, Balaline.

    J'ai tout aimé.

    9
    Vendredi 11 Janvier à 08:03
    marine D

    Deux frères, que le vent, la pluie, les embruns giflent mais qui résistent...
    Bisous Balaline

    10
    Betty....
    Vendredi 11 Janvier à 08:32

    Ensemble c'est tout ...Il est émouvant ton poème Balaline comme si tu parlais d'enfants ...

    11
    Vendredi 11 Janvier à 12:13

    Une belle fraternité dans l'adversité, à deux, l'union fait le... moral en attendant le retour au vert, merci, jill

    12
    Vendredi 11 Janvier à 16:00

    Merci pour cette belle photo et ton émouvant poème. 

    Je les aime bien ces deux arbres, je les trouve beaux avec leur guirlandes de petits "chatons" et ma foi, pas si désespérés  ... Ensemble, ils résistent au gris et à la solitude,  du haut de cette falaise qui domine l'océan, ils résistent en attendant le printemps !

    Bon week-end Balaline, en espérant un petit rayon de soleil pour tous.
    Léone

     

    13
    Samedi 12 Janvier à 15:23
    Mahina

    Mais au printemps, ils se donneront la main, toutes de vert vêtues!

    14
    Samedi 12 Janvier à 20:54

    Deux arbres

    branches à branches

    pour se soutenir

    contre l'adversité

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :